Écrire pour le web

Écrire pour le web comporte certaines spécificités pour intéresser l’internaute, optimiser le référencement naturel et faciliter la navigation au sein du site.

 

Écrire pour le web : intéresser l’internaute

Écrire pour le WEB : la différence avec le papier

L’écriture pour le WEB doit être considéré avec les spécificités du support : résolutions des écrans, choix de typologies limité, débit de connexion, poids des pages, référencement naturel…autant de contraintes inexistantes avec le support papier.
Il faut également souligner qu’en moyenne on lit 25% moins vite sur un écran que sur le papier et que cette lecture est plus fatigante.
Enfin sur le WEB, la lecture ne se fait pas au mot à mot mais l’internaute scanne le contenu pour voir s’il l’intéresse avant d’en prendre connaissance. C’est ce que l’on appelle la lecture en F

Ecrire pour le web : Schéma de la lecture en F

Ecrire pour le web

 

Écrire pour le web : les techniques

Pour répondre à ces exigences, l’écriture web doit se faire selon certains principes de base :

  • Utiliser la méthodologie de « la pyramide inversée » : de l’essentiel vers le détail, du synthétique vers l’exhaustif.
Écrire pour le web

Écrire pour le web : la pyramide inversée

  • Une page = un sujet = un titre
  • Une idée = un paragraphe
  • Écrire court
  • Un contenu divisé en trois parties :
    • titre+chapeau
    • texte
    • liens vers du contenu en relation avec la page.

 

Écrire pour le web : optimiser le référencement naturel

Écrire pour le WEB ne sert pas uniquement à apporter de l’information à l’internaute c’est un véritable levier E-marketing.
Le contenu WEB est l’élément central de tout bon référencement naturel. En effet le volume de contenu est pris en compte par les moteurs de recherche pour le positionnement d’un site Internet. Mais encore plus que le volume c’est la qualité de ce contenu qui compte. Ainsi bien « écrire pour le WEB  » prend tout son sens.

Les bases d’un contenu web de qualité pour les moteurs de recherche sont :

  • Une page riche en contenu : 300 mots minimum
  • Une URL bien choisie, reprenant le thème de la page
Par exemple : www.monsite.fr/ecrire-pour-le-web
  • Un bon titre de page : court et contenant le mot clé principal
  • Une page structurée : titres et sous-titres (balises Hx). Ces titres doivent eux aussi contenir les mots clés sur lesquels vous désirez améliorer votre positionnement
  • Un certain nombre d’apparition du mot clé et de son champ lexical ainsi que la mise en exergue de ces expressions (gras, italique, souligné)
  • Des liens (internes et externes) qui « pointent » vers votre page de contenu. L’appellation (l’ancre) de ces liens doit être bien choisie.
Par exemple pour cette page nous ne ferons pas un lien nommé « en savoir plus » mais « consultez la page suivante afin de bien écrire pour le web »

 

Écrire pour le web : faciliter la navigation

Écrire pour le WEB c’est rendre la page la plus lisible possible pour l’internaute. Mais c’est aussi lui faciliter la navigation sur le site : il faut l’aider à trouver ce qu’il cherche.

Pour cela il faut mettre à la disposition de l’internaute trois modes de navigations :

  • Le menu : il faut que le menu général de votre site soit clair, structuré et accessible depuis n’importe quelle page
  • Des liens bas de page : si vous avez la chance que l’internaute lise votre contenu, à la fin de celui-ci il faut lui donner l’opportunité de consulter des pages en relation. Pour cela, proposez lui des liens en bas de page sur le modèle du « en savoir plus »
  • Des liens internes : quand on aborde des concepts dans une page de contenu, on propose un lien à l’internaute vers la page définissant ce concept.

Avec ces trois modes de navigation vous optimisez les chances que l’internaute trouve les informations qu’il cherche et donc qu’il utilise votre site. Aussi, s’ils sont bien pensés ces liens optimiserons votre référencement naturel.

 

=> Allez plus loin :

– Découvrez en détail l’intéret du contenu WEB

– Découvrez nos tarifs de rédaction de contenu